Passer des cadavres exquis aux paradis virtuels avec Gina Bernier

Des «cadavres exquis» aux paradis virtuels  est un mémoire présenté dans le cadre d’une maîtrise en littérature québécoise à l’Université Laval.  Dirigée par M. Roger Chamberland, cette recherche porte sur les nouveaux enjeux de la littérature sur support informatique. Les nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) apportent de nouvelles possibilités créatrices et d’organisation de l’écrit qui viennent bouleverser certains paramètres fondamentaux de l’écriture. De nouveaux paradigmes d’écriture émergent, de nouveaux genres littéraires semblent en train de se constituer. Mais quels sont les véritables enjeux de ces nouvelles formes d’écriture? Telle est la question fondamentale à laquelle nous tentons de fournir quelques éléments de réponse.

A lire à http://membre.megaquebec.net/gulliver/infos.html

     Cette recherche comporte deux sections principales: une section théorique ainsi qu’une section création. La partie théorique comporte trois chapitres, dont le premier vise à décrire sommairement les principales formes d’application de l’informatique à la création littéraire, tout en les situant dans le contexte historique de leur apparition: la génération automatique de textes, l’écriture télématique ainsi que l’écriture hypertextuelle. Le deuxième chapitre est entièrement consacré à l’hypertextualité. Nous y voyons comment cette nouvelle technologie du texte entraîne la remise en question des rôles de l’auteur et du lecteur ainsi que de la notion même d’oeuvre littéraire. Le troisième chapitre vise à soulever la problématique reliée à la construction d’un recueil poétique hypertextuel, Histoires sorties du miroir .  L’essence de cette expérience d’écriture étant de n’être possible que sur support informatique, elle n’est donc disponible que sur CD-ROM et via Internet.

A propos Olivier

L’autokteb est le nom par lequel Abdel désignait la toute première version de Romanesque 2.0 son générateur de roman.

Ce contenu a été publié dans m. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire