Selon The economist le marché des livres sur téléphone portable vaudrait 82 millions de dollars

Promouvoir l’étude, la lecture, la création et l’archivage de nouvelles formes de textes et d’œuvres hypermédiatiques, tel est le propos du blog NT2 en ligne à http://www.labo-nt2.uqam.ca/ . Dans son dernier article cf [ici] , une première analyse du marché des livres sur téléphone portable : « The Economist évoque l’avènement d’une nouvelle génération de livres adaptés aux téléphones mobiles, un marché qui atteindrait 82 millions de dollars cette année.

Comme le remarque justement Tim O’Reilly [dans son blog Radar voir là], les romans existants ne marchent pas particulièrement sur ce type de support. Un nouveau type de roman, d’écriture, se développe adapté au média et à l’audience. Un phénomène assez classique, qu’on observe à l’arrivée de chaque nouveau support : YouTube en étant un bon exemple, les vidéos qui y cartonnent n’étant pas les mêmes que celles qui cartonnent à la télé ou au cinéma. »

Plus généralement, NT2 se définit par les interrogations suivantes « Quel est le statut du texte littéraire, de l’art, du cinéma sur Internet? Quel est le statut de toute œuvre, à l’heure de l’écran relié et de ses technologies? À quel type de matérialité sommes-nous conviés ; à quelles formes de lecture, de spectature, d’interprétation ? »

Nous sommes confrontés à des formats de plus en plus variés d’œuvres et à des supports nouveaux:

  • Le cyberespace propose nombre d’explorations hypermédiatiques, artistiques et littéraires;
  • Ces explorations nous entraînent dans des labyrinthes qui remettent en cause les structures usuelles de la textualité, de la narrativité, de la représentation;
  • Les œuvres en ligne permettent des structures de collaboration, conscientes ou pas, de plus en plus complexes;
  • L’interactivité est au cœur du nouveau rapport entre l’art, la littérature et la technologie.

Un des objectifs du NT2 est de prendre la mesure de la situation de transition initiée par l’informatisation de la littérature, du cinéma et de l’art.

Pour nous maintenant – et notre culture l’a peu à peu compris ces trente dernières années –, l’ordinateur est devenu un média. Il apporte de nouvelles formes et de nouveaux genres médiatiques, comme l’avaient fait auparavant l’imprimerie, le cinéma, la radio et la télévision.
—Jay David Bolter et Diane Gromala, Windows and Mirrors

De nouveaux moyens sont nécessaires pour rendre compte et se servir des nouvelles formes textuelles, artistiques et cinématographiques. Sans ces moyens, c’est tout un pan de l’imagination contemporaine qui risque de nous échapper.

Et c’est dès maintenant qu’il faut tracer la voie aux lecteurs et spectateurs de demain.

N’hésitez pas, profitez en sans modération sur : http://www.labo-nt2.uqam.ca/

A signaler particulièrement l’observatoire de nt2 : http://www.labo-nt2.uqam.ca/observatoire/repertoire « La culture, l’art, l’imaginaire contemporain sont influencés par les technologies récentes. L’Observatoire propose un regard critique sur ce phénomène grâce à différents outils. Le Répertoire fait la liste des sites d’art et de littérature hypermédiatiques ainsi que des différents sites qui s’affairent à les répertorier, les analyser, les critiquer, les soutenir, etc. Dans les Ressources bibliographiques, on trouvera des bibliographies critiques sur les thématiques de recherche du laboratoire, une bibliographie d’œuvres hypermédiatiques sur supports numériques autres que le Web ainsi que la liste des documents que possède le Laboratoire. Finalement, dans les Liens, l’équipe du Laboratoire vous soumet ses meilleures adresses Web. » Cet observatoire est un des grands favoris d’Abdel, l’auteur du logiciel génateur de roman, héros de « Romanesque 2.0 » (cf http://romanesque.fr/ ).

A propos Olivier

L'autokteb est le nom par lequel Abdel désignait la toute première version de Romanesque 2.0 son générateur de roman.
Ce contenu a été publié dans autres cybers, hypertextes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Selon The economist le marché des livres sur téléphone portable vaudrait 82 millions de dollars

  1. Ping : L’AutoKteb d’Abdel » Blog Archive » En savoir plus sur la folie japonaise des romans pour téléphone portable

Laisser un commentaire